Serviceline
Serviceline Industrial Sensors
Support en ligne pour la protection contre le risque d’explosion

Trois idées reçues sur le niveau d'intégrité de sécurité (SIL)

Un élément fondamental de la sécurité fonctionnelle souvent mécompris

The Safety Integrity Level, or SIL for short, is an indicator that makes risk reduction quantifiable
Le niveau d'intégrité de sécurité SIL (Safety Integrity Level) est un indice qui permet de quantifier la réduction du risque.

Les sites et les équipements peuvent présenter des risques si dangereux qu'en aucun cas l'homme et l'environnement ne devraient y être exposés. Si un tel danger existe, les risques associés doivent être réduits par précaution.

Le niveau d'intégrité de sécurité SIL (Safety Integrity Level) est un indice qui permet de quantifier la réduction du risque. SIL est un élément fondamental de la sécurité fonctionnelle et, par là-même, l'objet de nombreuses idées reçues. Pepperl+Fuchs revient sur trois des erreurs les plus courantes.


Idée reçue n°1 : SIL est une caractéristique d'appareil

Malgré cette idée reçue, SIL n'est pas une caractéristique d'appareil, de site de production ni de machine. SIL fait toujours référence à une fonction de réduction du risque. Un niveau d'intégrité de sécurité - et par conséquent l'affirmation « ce circuit réduit le risque actuel de tant » - ne peut être attribué qu'à un circuit de sécurité complet. Toutefois, les appareils utilisés pour le circuit de sécurité doivent être compatibles SIL pour que cette affirmation puisse être vérifiée.

Idée reçue n°2 : SIL 3 est forcément un meilleur choix par rapport à SIL 2

L'indice SIL requis dépend du risque initial inhérent aux systèmes ou procédés du site. La condition suivante doit être remplie : le risque résiduel consécutif à la réduction du risque doit être inférieur au risque tolérable. Si cette condition peut être remplie avec SIL 2, alors l'installation d'un dispositif de protection SIL 3 pourrait être un excès de rigueur dans certains cas.

Dépasser les critères SIL peut entraîner des efforts et des coûts inutiles, de même que la surassurance dans le secteur privé représente une dépense coûteuse et inutile. Le but est de créer un dispositif de protection de sorte que la réduction du risque obtenue corresponde autant que possible au SIL exigé.


Idée reçue n°3 : Considérer la probabilité d'une défaillance système suffit au regard du SIL

Quantifier la probabilité de défaillance d'un dispositif de protection ne suffit pas à atteindre un niveau d'intégrité de sécurité. Les principales mesures de prévention et de contrôle des défauts doivent être appliquées à cette fin. La norme correspondante nécessite avant tout l'application d'un système spécial de gestion de la qualité (système de gestion de la sécurité fonctionnelle).

En outre, des mesures de contrôle des défaillances, notamment redondance, comportement de sécurité et détection des défauts (diagnostics), sont obligatoires. Le degré d'application de ces mesures dépend du SIL cible.